Laponie : au delà du cercle polaire arctique

J’ai toujours rêvé de voir les aurores boréales. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance des les rencontrer pendant mon voyage au Canada, mais cette fois, c’est décidé, je pars en chasse en Laponie, au delà du cercle polaire arctique Finlandais ! 

Après une petite semaine où j’ai travaillé sur un projet personnel vidéo, je prends le ferry direction Helsinki. Mon trip direction la Laponie commence. Je suis hébergé pour la première soirée chez un couple russo-marocain. Je visite la ville la journée avec Elias, et y’a des parcs sympa dans cette capitale, mais son cœur est bondé de centre commerciaux et de gros buildings. Pas ma tasse de thé. On passe la soirée à joué à des jeux de sociétés du coup, en partageant nos histoires, c’était cool.

IMG_8959

J’aime bien les toits d’Helsinki

Le lendemain, j’utilise les lignes d’Onnibus pour prendre la direction de Rovaniemi, la capitale de la Laponie, à quelques 800km d’Helsinki. Je rejoint Saija & Jari, qui vont m’héberger pour deux nuits. Saija travaille pour Keep Lapland Tidy, partenaire de Let’s Do It! pour le World Cleanup Day 2018. Ils habitent dans un quartier résidentiel un peu à l’extérieur de la ville, et nous sommes parti en rando de soirée à travers la forêt pour promener leur chien. Le lendemain, on est parti pour une autre ballade dans la forêt, non loin de la station de ski aux abords de la ville. J’en profite pour en apprendre plus sur les activités de son association, qui font principalement des workshop pendant l’été, l’hiver étant rude ici pour travailler en extérieur. Et malheureusement, pour cette région très peu peuplée, il y a beaucoup de déchets à ramasser tout les ans, et un gros travail de prévention, qui n’est pas toujours très bien accueilli par certains locaux. Saija raconte avoir une fois, retrouvé des sacs de poubelles versés devant chez elle un jour. Pas la peine de dramatiser et généraliser une action isolée, mais c’est néanmoins navrant.

IMG_9039

Mon quatrième jour en Laponie sera ma première expérience de stop dans cette partie du monde. Je dois rejoindre Sirkka à environ 170km au nord. Plutôt facile à priori, il n’y a qu’une route pour cette direction. Je commence vers 8h du matin, il fait -10°C. Au bout de 30 minutes, une gentille dame m’amène au bon spot pour commencer réellement. Là, j’ai pris un bain de soleil pendant un moment, peut-être une heure et demie avant de faire mes premiers 20km. J’ai du monter dans 8 différentes voitures pour finir cette route, et j’arrive vers 15h chez mon hôte, Otto. Assez rude comme première expérience. Certes, il y avait peu de traffic, mais j’ai aussi reçu beaucoup de signes pas très sympa des locaux, qui n’apprécient visiblement pas qu’un voyageur essai de rencontrer les locaux. Je devrais juste aller faire un tour en moto-neige, comme tous les autres touristes, je suis con. Mais les personnes qui m’ont amené étaient vraiment sympa, quand je pouvais parler avec elles.

IMG_9077

Sirkka, qui fait partie de la commune de Kittilä, est collée à la station de ski Levi, le plus grand domaine de sports d’hiver en Finlande. Vous pouvez faire du ski alpin sur 45 pistes représentant 37,7 km, avec une neige abondante. Otto m’amène au point culminant, à 531 mètres d’altitude, pour avoir un aperçu de la station. De là, j’ai descendu à pied. La neige était parfaite. Un peu frustrant de ne pas pouvoir monter sur un snowboard. Je rejoint ensuite Otto en ville pour rentrer chez lui et avoir une soirée tranquille autour d’un bon repas. Il me parle de son travail en tant que reporter-journaliste. Intéressant.

Le lendemain, il doit partir vers une station à l’est de la Laponie. Il me propose donc de m’amener à Sodankylä, une ville que je vois dépasser pour rejoindre Ivalo dans la journée. J’avance donc facilement de 100 km, et heureusement, la route était déserte. Gonflé à bloc après cette rencontre, je recommence à faire du stop avec enthousiasme. Malheureusement, les Finlandais jouent avec mes sentiments, et continuent de m’envoyer des mauvais signes. Un mec à même fait semblant de s’arrêter, mais en fait, il fonçait sur moi, et j’ai du me décaler. C’est pas la joie. Je continue tout de même, et après plus d’une heure, une grosse mercedes s’arrête et je découvre le visage joyeux d’un Finlandais ayant une cinquantaine d’années. Il va directement à Ivalo, quelle chance. On discute, et j’apprends qu’il est le patron de la compagnie qui gère les déchets en Laponie. Quelle belle coïncidence. J’avais entendu parlé de sa compagnie via Saija quelques jours auparavant, et maintenant, je peux lui poser pleins de questions. On s’arrête à l’aéroport d‘Ivalo où il rend la mercedes qu’il avait loué, et sa famille m’amène avec eux jusqu’en ville.

J’attends un petit moment dans un café en attendant que mes hôtes viennent me récupérer. Sini arrive après avoir récupérer ses enfants à l’école et m’amène dans mon petit paradis pour les deux prochains jours. Je suis invité par Ossi et Sini à dormir dans une hutte proche du chenil où habitent leurs huskies. Ils ont une compagnie d’activités d’hivers – Extreme huskies -, principalement concentrée sur les safaris à l’aide de chien de traîneaux. Ils font aussi des safaris en raquette, ainsi que des chasses aux aurores boréales en traîneau. Toutes ces activités se font en petit groupe, à contrario de beaucoup d’autres “usines à touristes”.

Ossi m’amène à ma hutte. J’adore. Un grand lit, un poêle, une table basse, deux chaises, et c’est tout. L’endroit parfait pour me ressourcer et profiter du silence. J’avais prévu d’écrire un peu, mais j’ai seulement envie de me relaxer. Je plonge dans un livre d’une auteure Canadienne que j’avais rencontré en stop, moment parfait pour finir ce livre. Vous pouvez lire une histoire à propos de ça ici.

DCIM101GOPRO

Vers 20 heures, je sors pour voir comment le ciel se présente. Au dessus des arbres, j’aperçois une lumière étrange. J’essaie une photographie avec une longue exposition, et j’ai ma réponse. Les aurores boréales commencent à arriver. Le spectacle ne faisait que commencer. Au fil des 4 heures où je suis resté dehors – il ne faisait pas froid -, les lumières vertes se sont déplacés à travers le ciel, avec plus ou moins d’intensité. Une expérience difficile à décrire. Il faut le voir pour y croire. Il faut vous y rendre un jour, c’est fabuleux. Je ne peux que vous montrer des photos et vous laisser imaginer à quel point on se sent petit devant ce phénomène.

IMG_9390

Vers minuit, je m’endors en regardant à travers la fenêtre, les lumières s’évanouissant peu à peu. Une des plus belles soirées de ma vie, sans hésiter.

Le lendemain, je suis invité par Ossi à participer à un husky safari. Je n’ai pas fait ça au Canada car ça ne m’attirait pas. Aller à un endroit pour faire l’activité, avec un gros groupe de touristes, et repartir ensuite, très peu pour moi. Ici, j’ai l’occasion de vivre une expérience différente, en étant déjà sur place, en ayant entendu les chiens hurlé pendant la nuit. De plus, le groupe de client était petit, seulement 4 personnes, alors pourquoi pas. La guide nous explique rapidement comment ça se passe, comment freiner, main levé pour signaler l’arrêt, etc. Nous voilà donc parti pour une ballade d’environ trois heures à travers la forêt. Les chiens sont un peu à la peine, la température étant trop chaude pour eux (environ 0°C), ce qui nous permet d’admirer les paysages plus tranquillement. J’ai apprécié l’aventure finalement, et c’est assez facile de conduire le traîneau.

IMG_20170322_121349955

Je me couche très tôt le soir, le ciel étant complètement couvert, et j’ai une longue journée de stop en vue le lendemain. Je commence vers 9h du matin, après avoir remercié Ossi pour son accueil chaleureux. J’ai dans l’idée de prendre un bus pour Rovaniemi tellement le stop ne m’enchante pas pour une fois, mais le prochain bus est dans 3 heures, et coûte 50€. Je trouve un bon spot, et tend mon pouce. Au bout de 10 minutes, un jeune s’arrête et peux m’amener 20km plus au sud. Pourquoi pas, il me dit que je peux toujours prendre un bus depuis là bas. C’est un guide de safari, et il va récupérer deux Français venant de Lyon, qui font du woofing dans sa compagnie. Ils me laissent au bord de la route, et je suis désormais au milieu de nulle part. Par chance, un gros SUV s’arrête au bout de 5 minutes, et le monsieur va jusqu’à Rovaniemi. On a eu le temps de faire connaissance donc. Il travaille comme testeur pour les pneus Michelin. Il était donc content de pouvoir me sortir quelques mots français. Il était aussi assez fier, au point de le dire plusieurs fois, d’avoir une voiture qui coûte 120.000 euros, établissant ainsi un record dans ma carrière d’auto-stoppeur. Plus chère que la dame qui m’a fait monter dans sa Tesla en Norvège. J’en avais strictement rien à faire, et j’étais même un peu triste pour lui, de dépenser autant d’argent dans un objet aussi banal qu’une voiture.

J’arrive finalement à Rovaniemi. La boucle est bouclée. Le retour en Estonie approche, mais avant cela, je rencontre Kevin, un américain d’origine Taïwanaise qui étudie le tourisme ici. Sacré personnage ! Il connaît beaucoup de monde ici, et me trouve un vélo pour atteindre le gymnase afin de jouer au volley-ball. Première fois que je fait du deux roues avec autant de neige. Pas si terrible en fait. Je passe la journée d’après à me reposer, et écrire un peu, Kevin m’ayant annoncé qu’on allait faire la fête ce soir. En effet, il a plusieurs anniversaires d’amis à aller fêter. Les festivités ont lieu dans un appartement étudiant, où une chambre est transformée en dance-floor et la cuisine en bar. Un sacré bordel, avec des têtes venant du monde entier. Je parle avec des Vietnamiens, ensuite avec un Iranien et je n’échappe pas aux Français. Ils sont partout ceux-là. Vers minuit, la police vient nous rappeler à l’ordre. Croit-on. Non, ils viennent plutôt mettre de l’ordre. Allez, tout le monde dehors. Je suis le mouvement de la foule qui a fait un régime minceur efficace, en direction d’une boite de nuit. C’est pas vraiment ma tasse de thé, mais l’alcool aidant, je rentre, et prends un verre de vin rouge avec une Chinoise. On danse comme des fauves sur une musique qu’on ne pourrait pas écouter sans ivresse. Les boites de nuit, c’est vraiment un scandale – musicalement – partout, même dans cet endroit perdu proche du pôle nord.

Je bénis mon anticipation d’avoir pris un billet de bus à 21h. J’ai le temps de diluer l’alcool avec du sang frais. Pendant ce phénomène bienveillant, on discute avec Kevin et Piya – une locale – sur tout et n’importe quoi. On regarde des vidéos de breakdance népalais, et on échange nos histoires. Pas de téléphones, justes trois humains en train de parler tranquillement. Je me rend compte que des moments simples comme ça, j’en manque. On va ensuite prend un repas d’étudiant pour 2€80. Même en Finlande, il est possible de trouver des choses comme ça, incroyable. Et la nourriture était super. C’est donc totalement revigoré que je prends le bus pour retourner à Helsinki.

Onze heures plus tard, après une nuit désagréable – je n’arrive pas à dormir dans les transports -, je me pose de nouveau dans la capitale Finlandaise. Je n’ai trouvé personne pour m’accueillir un dimanche matin à 9h. Je patiente donc à la gare en lisant des histoires de vikings. Ça fait un peu cliché là non ? Je me rends ensuite au ferry pour retourner à Tallinn. Ça y est, c’est terminé. Mission accomplie. J’ai vu ce que voulais voir, et j’ai gagné bien plus que ça, une belle expérience de voyage, et de nouveaux amis. Kevin prévoit déjà de venir me visiter à Tallinn, et il veut y commencer son premier trip en stop ! Ça donne envie de continuer à partager ses histoires.

Allez, une petite dernière aurore boréale :

IMG_9247.JPG

 

Advertisements

2 thoughts on “Laponie : au delà du cercle polaire arctique

  1. Pingback: Estonie : découverte des îles | Voyagez votre vie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s