Du Yukon jusqu’au Québec, en stop. Partie 2

J’étais donc arrivé en stop directement devant la place de mon hôte à Edmonton. J’arrive un peu en avance, et quelques minutes après, il arrive avec son vélo. Michael vient d’Irlande, s’est installé depuis quelques temps à Edmonton, et vient tout juste de trouver du travail dans le bâtiment. Je pose mes affaires et hop, on va direct rejoindre une de ses amies, Cecilia, Argentine. On va se promener vite fait et voilà qu’on tombe sur un bar où ils offrent des hot-dogs. Bon, on rentre, on va se prendre des pintes, et on mange des hot-dogs en terrasse, puis on se fait un billard. Ensuite on rentre, et le soir, on se dirige en ville pour aller dans un club. Ambiance cow-boy ! Il y avait un taureau mécanique. J’ai hésité à en faire, mais après avoir vu Michael se blesser au pied en ayant tenu moins d’une seconde, ben, j’y repasserai. Donc la soirée tourne cours.

Le lendemain, j’apprends qu’il y a un festival sur la cuisine du monde. Je me rends la bas, et c’est plein de stands de pays différents, présentant des mets typiques. On peux tester pleins de trucs pour maximum 8$, mais il y a beaucoup de choses à 2$, choses sur lesquelles je vais me concentrer pour tester le plus possible.

J’en ai fait beaucoup, je me souviens plus très bien, la Chine, Hong-Kong, Indonésie, Venezuela ect ect Je suis passé au stand de la France, et il ne faisait que des crêpes. Autant mettre Bretagne…

J’ai qu’une photo, c’est un truc d’un pays d’Afrique, je ne sais plus lequel. C’était super bon !
DSCF9146modif

Le soir, je retrouve Cécilia car Michael est à l’hôpital pour soigner son doigt de pied blessé. En fait, il se l’ai même cassé. Pas de bol. On est allé se promener au bord de la North Saskatchewan River qui traverse la ville, puis on est allé boire de la bonne bière dans un bar. Ensuite on rentre, et on décide d’aller récupérer Michael à l’hôpital. On lui amène une bière qu’il boit juste à la sortie de l’hôpital. Oui, les Irlandais, c’est pas un mythe, ils boivent 😀

Voilà comment s’achève mon étape à Edmonton. Je pars donc le lendemain en direction de Saskatoon. Je regarde hitchwiki pour trouver mon spot, et c’est parti. Je prends le tram pendant 30 minutes, le bus pendant 40 minutes, qui m’arrête pas loin du spot, alors que ce n’était pas un stop, sympa le chauffeur. Le spot s’avère être pas super, pas beaucoup de circulation. Du coup, je me décide à marcher. Bim, je tombe en pleins travaux, c’est le gros bordel, pas moyen pour les voitures de s’arrêter, finalement après plusieurs tentatives de stopper les voitures à divers endroits, un camion s’arrête enfin. Ça a du durer 2-3 heures tout ça, avec la marche, mais il va directement à Saskatoon ! Parfait ! Typique chauffeur de camion, avec le calendrier de dames à poils et qui fume non-stop ! Mais c’était cool !

Il me dépose assez loin de la ville, je loupe le bus de peu, donc je dois attendre le bus 30 minutes. J’essai de faire du stop en attendant, mais ça ne fonctionne pas, je vais attendre le bus, 15 minutes de retard, donc je loupe la correspondance d’après. 30 minutes d’attente, et je rate encore la correspondance d’après, re 30 minutes, et après 30 minutes de bus, j’arrive enfin chez mon hôte ! Ouf ! Longue journée.

Je voulait aller chez Taryn, son copain et sa coloc car ils ont un jardin et le mec fait de la bière maison en plus d’être musicien. Ils étaient vraiment cool, on a manger une soupe avec les produits du jardin le premier soir, et bu de la bière maison, pas mauvaise. Le lendemain, ils me prêtent un vélo pour que je visite la ville. Saskatoon est plus intéressante que Regina, la capitale du Saskatchewan. Les gens sont plus cools et ont un autre mode de vie plus tourner vers la nature. La ville regorge de parcs, et à un quartier sympa du nom de Broadway avec ses vitrines colorées, son style ancien et pleins de commerces différents.

Après cette longue journée en vélo en ville, où je suis passé dire bonjour à un Monsieur rencontré à Whistler, je rentre et me repose pour la journée de stop le lendemain direction Winnipeg. Je n’ai encore pas beaucoup de photos de la ville …

DSCF9158modif DSCF9159modif

Je me lève tôt le lendemain matin pour rejoindre la capitale du Manitoba, Winnipeg. La veille, j’ai enfin trouvé un hôte, qui sera le premier français à m’héberger au Canada.

En rejoignant mon spot, je dois passer une barrière de 2 mètres, qui ne figurait pas sur google maps, ben oui. Je balance mon sac, mais celui ci reste bloqué à la barrière, et maintenant, j’ai un petit trou pour m’en rappeler. Bref, j’arrive à mon spot et au bout de 2 heures enfin, un Mr me prends dans sa voiture pour m’amener à un meilleur spot un peu plus loin. C’était un patron d’une entreprise de textile. Il m’a amené dans un champ et m’a expliqué pleins de choses que j’ai déjà oublié. Ensuite, un camion s’arrête, et hop, direction Winnipeg direct ! Il va même jusqu’à Toronto, mais je lui dis que je veux m’arrêter avant. Le midi, on s’arrête dans un restaurant d’autoroute, et il m’offre un super repas, payé par son entreprise. Je rejoint donc la route où j’avais fait du stop quelques mois auparavant. Il m’arrête au spot où j’avais été, et je rejoint ensuite mon hôte via le bus, encore une heure. J’arrive vers 22h chez Vincent, un Alsacien installé à Winnipeg depuis quelques années.

Il est venu ici sans parler anglais, à commencer par des petits jobs pour se faire à la langue, et il est maintenant serveur dans un restaurant, a acheté une maison qu’il transforme en appartement avec un de ses potes. Il n’avait jamais fait ça avant, mais apprends sur le tas ! Mec super sympa et ouvert, on comprends vite comment il a réussi alors qu’il n’avait pas toutes les cartes en main, mais la volonté suffit ! Bravo à lui.

Le lendemain, je visite la ville, et c’est plutôt sympa ! Le quartier “The Forks” est bien animé et jolie. Y’a une salle d’arcade dans un vieux wagon de train, énorme. Ensuite, je suis allé dans Boniface, le quartier Français où apparemment, des gens ne savent pas parler anglais ! J’y ai rejoint une Vanessa, qui m’avait dit via Couchsurfing pouvoir me faire visiter. Donc, on visite un peu, elle m’amène dans un bon restaurant et ensuite on va voir un film dans un parc sur écran géant, du moins la fin. Bonne rencontre et belle visite, j’aime bien cette ville. Dommage que je dois déjà partir le lendemain pour Thunder Bay.

DSCF9165modif DSCF9168modif DSCF9173modif DSCF9183modif

Je pars encore très tôt le matin, cette fois vers 4h du matin, pour traverser un bout de l’Ontario, réputé pour être la partie la plus difficile au Canada. J’attends deux heures qu’une fille me prenne en stop car elle a envie de faire un selfie avec moi ! Elle m’amène un peu plus loin, à un bon spot. Au bout de 20 minutes, un mec s’arrête et avait déjà deux auto-stoppeurs avec lui. Il nous dépose au milieu de l’autoroute, en nous disant que c’est un bon endroit car il y a un arrêt de camions … Non, c’était un stop pour la pesée des camions, et c’était fermé. Bravo ! Du coup, on se sépare et on se met à marcher plus loin pour trouver mieux. En marchant, un mec s’arrête pour moi, et dit qu’il peux m’amener vers Kenora. Ok, c’est parti ! C’était un chanteur compositeur de folk, qui a fait beaucoup de stop dans sa jeunesse. Après un petit moment, il m’invite à venir passer un week-end dans sa maison de campagne perdue, où il doit prendre deux bateaux pour y aller. Mais vu que j’ai rendez-vous avec Richard à Thunder Bay pour faire de la rando lors du seul jour dispo qu’il avait, je dois refuser, et me détester.

Il me dépose et j’attends encore longtemps. Il fait super chaud, gros soleil, alors une dame s’arrête pour me donner une bouteille d’eau, mais n’allait pas dans ma direction. Au bout de quelques heures, une fille d’environ mon âge s’arrête et est content que j’aille à la même ville qu’elle, car sa radio ne fonctionne pas. Sauvé ! Ou pas … En effet, après quelques kilomètres, elle me demande une bière qui est à mes pieds, et je me rends compte qu’elle a un petit peu trop bu. Je lui dis non, elle prends la bière seulement si je conduis, et que je veux sortir dès que possible sinon. Elle accepte le deal, et me voilà parti pour conduire pendant six heures ! Elle s’endort, la paix. Après on reparle, et elle s’était fait contrôler juste avant de me prendre pour excès de vitesse. Mon dieu. Cette fille allait mourir avant d’arriver à destination.

Bref, je la dépose à l’hôtel et Richard, chez qui j’ai resté une première fois à Thunder Bay quelques mois avant, vient me chercher. Il est pas loin de minuit. On s’endort quand même tard, mais le lendemain, on doit aller faire de la rando !

On est allé voir des chûtes d’eau que je n’avais pas pu voir en mai, car il y avait trop d’eau. Là, on pouvait même passer en dessous, trop cool, mais dangereux, ça glisse !

DSCF9205modif 1609961_10152610058132419_7666745494433636054_n

Après ça, on s’en va faire une autre rando : les palissades vers Nipigon ! Randonnée classée difficile au vu des nombreuses marche à prendre. Une fois arrivé en haut, on a le droit à de belles vues de la vallée, et j’ai même pu escalader l’endroit où il y avait une chute d’eau quelques mois auparavant !

DSCF9216modif DSCF9217modif

Bref, les environs de Thunder Bay resteront un bon souvenir de randonnées et de partage avec Richard ! Le lendemain, je prends la direction de Sudbury, mais ça, ce sera dans la suite.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s